La presse parle du CNDS

Rentrée solennelle du Conseil National du Travail

La CGECI

Lundi 21 octobre 2013

Le Conseil National du Travail (CNT) a fait sa rentrée solennelle le jeudi 22 mars 2012 à l’hôtel Pullman au Plateau.

La cérémonie était articulée autour du thème : l’intérêt d’une institution nationale de dialogue social dans l’objectif de la relance économique post-crise.

A cette occasion,  Mr Bernard N'doumi, Vice-président de la CGECI a indiqué que pour une mise en œuvre efficace du dialogue social, basée sur des pratiques participatives de l’ensemble des acteurs du monde du travail,  la Côte d’Ivoire s’est dotée, à l’instar des autres pays africains,  d’un cadre institutionnel idoine de promotion et de mise en œuvre, le Conseil National du Travail*.

En effet, les difficultés sociales induites par la forte crise économique et financière traversée par les pays africains, avec  son corollaire de pauvreté et de chômage accrus  ont progressivement rendu inefficaces les mécanismes de règlement des conflits malgré l’existence de structures de concertation prévues dans les différents codes du travail. .Pour prévenir et résoudre les conflits sociaux, l’Organisation Internationale du Travail (OIT) a recommandé de nouvelles approches fondées sur le dialogue social. Celui-ci favorise dans son approche définitionnelle tout type de négociation, de consultation ou simplement d’échange d’informations entre les  représentants des Gouvernements, des Employeurs et des Travailleurs selon des modalités diverses, sur des questions d’intérêt commun, en vue d’instaurer la paix sociale, facteur de croissance et de productivité.

Le CNT a initié cette rentrée solennelle pour s’ouvrir au monde économique et social en souligner son rôle et son utilité dans le processus de recherche et de maintien de la stabilité du monde du travail tant dans le secteur public que dans le secteur privé.

Ainsi depuis sa création, le CNT a mené diverses activités entrant dans ses attributions notamment des sessions délibérantes sur les conflits collectifs de travail, entrepris des médiations pour étouffer dans l’œuf des conflits en gestation. Comme l’a fait observer le Ministre d’Etat, Ministre de l’Emploi, à travers son directeur de cabinet, ‘c’est dans ce cadre de dialogue constructif qu’il a été possible de signer le 1er mai 2009, le protocole d’accord portant ‘trêve sociale de trois ans entre le Gouvernement, le Patronat et les Centrales Syndicales qui nous vaut jusqu’à présent, une relative accalmie.  Ce protocole d’accord a permis de faire dans le secteur privé, l’économie de graves crises dans les moments  difficiles de l’histoire de notre pays’

Intervenant à la rencontre, le Président Zadi a fait la genèse de la lutte syndicale en Côte d’Ivoire, de la période coloniale aux Indépendances, et regretté que de nos jours, le dialogue social en entreprise pâtisse d’incompréhensions de la part des travailleurs et soit aussi fragilisé par la question du détenteur du pouvoir de décision. 

En somme, le dialogue social pour être efficace repose à la fois sur des ressources humaines de qualité mais aussi sur le pouvoir de décision des acteurs. 

Il a donc aussi loué le mérite des structures telles que le CNT sont nécessaires car le règlement des conflits en matière de travail font partie des priorités d’un pays. 

Pour notre pays qui sort de crise, le dialogue social doit être un outil de participation économique et de cohésion sociale, un amortisseur social, un cadre de partage, mais aussi de sacrifices lorsque cela s’avère nécessaire.  C’est pourquoi, en terme de perspectives, il est impérieux d’œuvrer pour :

  • la restructuration du Conseil National du travail pour l’ériger au rang d’institution nationale de dialogue social doté de moyens conséquents et autonome ;
  • le renforcement constant des capacités des acteurs du dialogue social ;
  • l’appropriation du dialogue social par l’ensemble des acteurs tripartites (Gouvernement, Employeurs et Travailleurs).

* Note sur le Conseil National du Travail

Créé par le décret n° 2007-608 du 08 novembre 2007 et dénommé Conseil National du Travail (CNT), il est de composition tripartite, et regroupe les membres d’organisations professionnelles d’Employeurs, des Organisations Syndicales de Travailleurs et les Représentants du Gouvernement.

Le Conseil National du Travail comprend cinquante-quatre (54) membres dont vingt-sept (27) membres titulaires et vingt-sept (27) membres suppléants.

La mission du Conseil National du Travail se résume, selon l’article 3 du décret l’instituant, à la promotion du dialogue social en Côte d’Ivoire.  A ce titre, il apporte sa contribution au maintien d’un climat social paisible notamment dans le monde du travail et à la recherche d’une justice social.

Source de l'article : CGECI